A L’ONU, LE PRÉSIDENT DE LA CENCO AFFIRME QUE LE PAYS SE RETROUVE DÉSORMAIS « SANS AUCUNE INSTITUTION LÉGITIME »