LE G7, FAVORABLE A UN GLISSEMENT SANS KABILA APRÈS 2017