DIDIER REYNDERS: « IL FAUT UN DIALOGUE QUI IMPLIQUE KATUMBI ET TSHISEKEDI »