Les motivations de l’ONG dans cette démarche résident en ce qu’elle constate que sur la vidéo, les militaires congolais tirent sans sommation sur les civiles et poursuivent ceux atteints par des balles réelles et ceux feignant d’être atteints pour les achever au sol, peut-on lire dans cette lettre.

La diffusion de cette vidéo dans sur les réseaux sociaux a suscité un choc et divisé l classe politique congolaise. Le gouvernement par le truchement du ministre de la communication dénonce de son côté un montage. L’armée permet une enquête. Quant à l’opposition, elle réclame elle aussi une enquête internationale.

Difficile d’imaginer la CPI ouvrir une enquête sur ce dossier. Même si la RDC reste le meilleur client de l’instance de la Haye avec déjà 5 chefs de guerre jugés, poursuivis ou condamnés.